Err

10 tableaux et leur époque - chapitre 5

William Hogarth : Marriage A-la-Mode

Au cœur de la rivalité franco-anglaise, assistez aux côtés de William Hogarth à la naissance du droit d’auteur, de l’art engagé et posez avec lui les prémisses de la bande dessinée.

William Hogarth - Marriage A-la-Mode - 1Ce «MarriageA-la-Mode» n’est en réalité pas un tableau, mais une série de six toiles réalisées par William Hogarth entre 1743 et 1745. Conçues pour être reproduites et diffusées par le biais de la gravure, elles racontent l’histoire édifiante d’un mariage de raison qui conduit un jeune couple aux pires vices: infidélité, maladie, meurtre et suicide… Hogarth est coutumier de cette forme sérielle, idéale pour développer la dimension narrative de son travail : il la met en général au service de la morale, dénonçant les travers de la société anglaise du XVIIIème siècle. Cet engagement profond, ainsi que l’originalité de son art, font de lui l’un des pères de la modernité britannique. Recourant à la gravure et donc confronté au problème du faux et de la copie, il fut aussi l’un des premiers à défendre un concept tout nouveau : le droit d’auteur.

L’époque de Hogarth, c’est le siècle des Lumières, celui des intellectuels qui propagent dans toute l’Europe des idées nouvelles en rupture avec les principes de l’Ancien Régime. Partout, philosophie et science modifient la perception qu’on a du monde, de la vie, de la civilisation et de la politique. La notion de liberté individuelle voit le jour dans une société de plus en plus favorable au développement du commerce, du libre-échange et, dans une certaine mesure, de l’épanouissement personnel. A Londres, mégalopole géante où triomphe l’idéologie bourgeoise, les concepts de liberté de la presse et d’opinion publique prennent une importance considérable : dans les salons on communique, on échange, on commente, on critique… et surtout on paraît. Les élites bourgeoises, fortes d’un pouvoir tout neuf, se sentent capables de se hisser au rang de la plus haute noblesse à condition d’adapter leur mode de vie. Les bonnes manières et l’art de la conversation sont donc les clés de cet ascenseur social. Dans ce contexte, le mariage arrangé – où la noblesse désargentée et la bourgeoisie s’apportent mutuellement titres et ressources – devient une mode incontournable.

William Hogarth - Marriage A-la-Mode - 2Ce que Hogarth dénonce ici avant tout, c’est la dépravation des mœurs qui accompagnent les progrès sociaux : comme de nombreux moralistes de son temps, il sait que la fidélité conjugale et la droiture morale sont piétinées par les ambitions de ces nouveaux riches. Mais son combat est aussi artistique, car l’essor de cette bourgeoisie, qui cherche à singer les goûts aristocratiques du continent, met en péril les fondements de la culture britannique. L’art anglais, qui n’a jamais su franchir la Manche, est en retard sur les grandes écoles du continent. Hogarth met donc ici en scène des personnages aux costumes et aux manières françaises, dans des intérieurs à la mode italienne ou hollandaise. Par-dessus tout, c’est l’antagonisme entre la France et l’Angleterre, traditionnellement rivales, qui est illustré… ne serait-ce que dans le titre par l’expression française «à la mode».

Sur la forme, Hogarth choisit une narration en six étapes, comme autant de clichés d’une vie conjugale catastrophique. Par ce procédé, il en appelle à la participation active du spectateur qui doit lui-même deviner ce qui s’est passé entre chaque scène. Mais surtout, il met en évidence les liens de cause à effet qui mènent d’un épisode au suivant. Le mariage sans amour mène à l’infidélité, qui mène à la maladie vénérienne et au meurtre, qui mène au châtiment et au suicide. Ce principe de causalité, en réalité n’est pas étranger au contexte philosophique et scientifique, marqué par les idées empiristes. Même en littérature, dans des romans dont la trame narrative rappelle la forme sérielle choisie par Hogarth, on développe l’idée que chaque individu est maître de sa propre trajectoire, de ses actes et donc de leurs conséquences. Le peintre, qui deviendra l’un des seuls artistes anglais de son époque à traverser les frontières et les siècles, a su saisir – mieux que ses contemporains – les spécificités de son temps pour en dénoncer les travers.

Aller à la page de présentation du livre >>

William Hogarth - Marriage A-la-Mode.1743-1745.
Londres National Gallery. © 2010 The National Gallery, London/Scala, Florence

Cliquez ici pour nous envoyer un email

Paiement sécurisé


Déjà client ? Entrez votre e-mail et mot de passe :Première visite ?Enregistrez-vous
Recevez notre lettre d'informations.